Heure de la Miséricorde

Quatre mois de prières quotidiennes sont dernière nous. Un noyau solide s’est formé mais nous avons de plus en plus de personnes qui attirées par quelqu’un ou quelque chose viennent à l’oratoire spontanément ou simplement pour croiser le regard de Jésus Miséricordieux. Le graphique ci-contre le montre.


S’habituer à l’office des lectures n’était pas simple. Comprendre la disposition de psaumes et des lectures n’était pas facile. Également s’habituer à ses noms inconnus et parfois mêmes bizarres comme Quaudvutdeus, Diognète ou Diadoque de Photicé… Mais enrichissement intellectuel et spirituel sont vraiment de taille.
Les beaux chants assez variés palliaient en peu à cette souffrance.
Nous nous sommes rendu compte que notre office dure entre 30 et 35 minutes. Vu nos âges et l’effort fourni pour venir, nous désirions prolonger ce temps privilégié. Pour rencontrer davantage la Miséricorde dans le tableau de Ste Faustine, nous lisons un petit livre sur elle de Sœur Marie Elisabeth Siepak. Nous sommes émerveillés, par sa vie et sa mission comme apôtre de la Miséricorde Divine. Elle nous témoigne de son grand engagement dans la proclamation du message de la Miséricorde au monde, et cela nous donne le désir et la force de devenir nous aussi des apôtres. Nous sommes touchés par ses épreuves, ses souffrances, cette grande intimité avec Notre Seigneur Jésus qu’elle nous partage:
« Oh! Quelles grandes grâces J’accorderai aux âmes qui diront ce chapelet (…) Inscris ces mots, ma fille, parle au monde de ma miséricorde, que l’humanité entière apprenne à connaître Mon insondable miséricorde. C’est un signe pour les derniers temps, après viendra le jour de la justice. Tant qu’’il en est temps, que les hommes aient recours à la source de la miséricorde, qu’ils profitent du sang et de l’eau qui ont jailli pour eux » (PJ 848).

« Récite constamment le chapelet que Je t’ai enseigné. Quiconque le dira, accédera à une grande miséricorde à l’heure de sa mort. Les prêtres le recommanderont aux pécheurs comme ultime planche de salut; même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de Mon infinie miséricorde » (PJ 687).

Nous allons lire ensemble aussi l’encyclique « Dives in Misericordia » de Jean Paul II, et le livre de Joël Guibert sur la Miséricorde, la lettre apostolique « Misericordiae Vultus » du Pape François et certainement d’autres documents qui vont paraitre au cours de cette année bénie.
Une fois par semaine, le lundi, nous avons un temps convivial pour resserrer les liens entre nous et nous encourager à continuer, devant nous encore 9 mois. Ce qui nous motive et même augmente notre ferveur est le fait qu’une des personnes fidèles à notre prière était gratifiée d’une grâce comparable à un miracle.
Avec le temps nous enrichissons nos célébrations. A commencer par le mois de février les premiers neuf jours sont consacrés à la neuvaine de la Miséricorde Divine. La grande neuvaine devant la fête de la Miséricorde (le dimanche après Pâques) sera prêchée pour notre groupe à l’oratoire.